Browsing Category

Top 10

Top 10

Zihuatanejo – Mexique

Zihuatanejo
La baie du paradis

Derrière les montagnes, par-delà quelques vallées brumeuses d’une chaude soirée d’été, ou même pas d’été d’ailleurs, toutes les soirées sont chaudes au Mexique ; derrière l’horizon donc, on descend par la route 134 jusqu’au bord de l’océan.

Il y avait là le soleil qui se couchait et qui dorait le sable blanc, les palmiers dans le vent essoufflé après une longue journée de travail, les palapas plantés sur la plage n’empêchant plus les bas derniers rayons du jour d’atteindre les chaises longues qui sont en-dessous.

BT_Mexique_Zihuatanejo_1

Et puis vint la nuit, les musiques au loin, le sable toujours chaud et l’eau qui m’appelait calmement de ses doux appels ruisselants et répétés.

Entre les longues feuilles effilées des palmiers qui se penchaient sur mon hamac, j’apercevais les étoiles, les constellations inconnues de ces latitudes tropicales et la paix au fond des yeux du ciel.

BT_Mexique_Zihuatanejo_2

Ce coin de paradis, c’est la baie de Zihuatanejo (ce qui, en purépecha, signifie plus ou moins « les eaux de la montagne turquoise »). C’est sur la côte pacifique du Mexique, dans l’État de Guerrero.

J’y étais pour les vacances de Pâques ; ce n’est qu’à 6 heures de route de mon lieu de stage. Pour les mexicains, ce n’est vraiment pas beaucoup – et quand je vis de mes propres yeux la destination, je me suis tout de suite dit que j’étais d’accord. Honnêtement, ça vaut le coup.

Nous avions loué une chambre dans un petit hôtel sur la plage ; les activités ne manquent pas, et nos 4 jours furent bien remplis.

BT_Mexique_Zihuatanejo_3D’autant qu’un guacamaya, l’un de ces énormes aras en liberté aux cris rauques, prenait bien soin chaque matin de remplacer mon réveil que j’avais soigneusement désactivé.

 

 

 

 

 

Visite de la baie en bateau

Il existe des tours en bateau dans la baie, avec explications historiques, culturelles, parfois zoologiques mais ce n’est pas très poussé (le guide était incapable de nous parler de la nidification des pélicans, ni de la durée de gestation des oursins, je veux dire, c’est la base quoi).

/!\  si vous êtes blanc, ou güerito, comme on dit par ici, les prix seront minimum doublés. À vous de négocier – et n’hésitez pas : c’est considéré comme normal ici ; ça fait partie du jeu.

Le petit bateau à moteur va vous guider d’une plage à l’autre au rythme des vagues (mmh, non, un peu plus vite maintenant que j’y pense…). Elles sont toutes plus belles les unes que les autres.

Notre hôtel était sur la playa la ropa, ou la « plage des habits » en français. Nous avons ainsi appris que c’était suite au naufrage d’un navire espagnol qui transportait un théâtre et à l’échouage des malles de déguisements sur cette plage qu’elle avait été baptisée ainsi.

Vous apprendrez avec intérêt, et de bonnes compétences hispanophones, les petites anecdotes de chacune des plages bordant la baie.

BT_Mexique_Zihuatanejo_4

 

Parasailing

Cet anglicisme désigne une activité assez sympa. Vous connaissez tous le parachute ? Eh bien c’est l’inverse. Le parasailing consiste à s’envoler à quelque 30 mètres au-dessus du niveau de la mer, littéralement, rattaché à une voile par un harnais en étant tiré par un bateau.

De nombreuses offres sont disponibles notamment sur la plage La Ropa ; pas besoin de les chercher, les organisateurs de ces vols vous interpelleront d’eux-mêmes lorsque vous passerez par-là ; et si vous ne savez toujours pas où chercher, suivez l’un des ces grands parachutes multicolores jusqu’à ce qu’il redescende sur terre. Ce sera aussi votre point de départ.

C’est très abordable et, surtout, c’est contrôlé et sécurisé. J’ai demandé.

BT_Mexique_Zihuatanejo_5

 

Plongée en tuba

Je vous ai parlé de ce navire espagnol qui avait échoué dans la baie, à l’époque où on n’avait pas encore inventé le gilet de sauvetage ? Eh bien il transportait plus qu’un théâtre : à cette même époque, en bons catholiques conquérants et intolérants qu’ils étaient, les Espagnols importaient des croix, des statues de saints et d’autres preuves qu’ils avaient bien raison d’être catholiques.

Eh bien au fond de la baie, on peut encore voir, avec des lunettes de plongée, des bonnes palmes et un tuba, la statue du christ grignotée par les poissons-clowns, à laquelle vous pourrez descendre faire un câlin, l’ancre du bateau recouverte d’une colonie d’oursins et l’une des énormes cloches qui servaient à dire « attention pirates », puisqu’ils n’avaient pas non plus inventé le signal d’alarme électronique.

L’eau est vraiment claire, en plus d’être à une température de rêve, et vous pourrez dire bonjour aux étoiles de mer, attraper des diodons, ces poissons tout fins qui gonflent quand ils se sentent en danger (par exemple quand des touristes essaient de les attraper…), nourrir des néons avec des biscuits pour qu’ils vous entourent et que vous ne sachiez plus où est la sortie, ou juste battre de vos pieds palmés et vous dire que c’est quand même cool d’être là, la tête sous l’eau de l’océan pacifique.

BT_Mexique_Zihuatanejo_6

Il y a beaucoup d’autres choses à faire dans cette baie, et 4 jours n’y suffirent certainement pas.

Vous pourrez occuper vos soirées dans les multiples boites à ciel ouvert (doit-on quand même appeler cela une boîte, dans ce cas-là ?), ou si comme moi vous êtes plus culture que boum-boum, dans les séances de cinémas sur la plage où ils passent des films de tous les pays du monde. Ou juste sur la terrasse d’un resto pas cher à regarder le soleil se coucher.

Ou juste allongé sur la plage en sirotant une noix de coco fraîchement ouverte.

Ou juste… en profitant.

D’être au paradis.

D’être là.

Martin Guignard => 3 mois au Mexique

Envie de voyager ? Pour plus de récits du monde, viens visiter Raranga

 

 

Top 10

10 choses à faire à Lima

perou

Le Pérou est un pays magnifique, qui mêle forêt, montagne et côte. Riche par son histoire et ses paysages divers, vous ne serez jamais déçus par ce beau pays d’Amérique Latine.

Alors certes le Pérou est connu et reconnu pour le Machu Picchu, le Lac Titicaca et sa Cordillère Blanche (gros coup de cœur durant mon voyage) mais le Pérou, c’est aussi Lima, sa capitale.

Souvent délaissée par les voyageurs qui la visitent seulement entre deux avions, Lima « c’est pas l’Pérou », comme disait feu Bourvil.

Alors oui : Lima est une ville énorme (près de 10 millions d’habitants), composée de bâtiments immenses (les quartiers plus riches surtout), peu dépaysante (c’est pas Cusco), très marqué par les inégalités sociales et où une espèce de brume quasi quotidienne (la garúa) compose le ciel une grande partie de l’année.

Et pourtant, après y avoir passée quelques semaines, je peux vous l’assurer, Lima a beaucoup de choses à offrir.

BaS

– Décembre à avril : Meilleure période pour aller à Lima car la brume disparaît pour laisser place au ciel bleu

– Le soir, pour plus de sécurité, contactez : Taxi Satelital ou utilisez l’application Easy Taxi, car il y a beaucoup de faux taxis à Lima

– En journée, lorsque vous prenez un taxi, NEGOCIEZ-LE. Le Limenien essaiera de vous avoir, c’est normal. Il faut baisser le prix à chaque fois de 5 à 10 soles. Conseil : demandez le prix pour la distance à un Liménien avant votre course !

– HSBC ne se trouve pas au Pérou, mais vous pouvez retirer sans frais à la Banco GNB. Et pour BNP Paribas, la Scotia Bank, que vous trouverez partout.

– Les liméniens circulent surtout via des combis (sortes de vans). Sport à haut risque (ils roulent vite), compliqué à comprendre, mais très utile pour se déplacer dans Lima.

– Ne jamais laisser ses affaires sans surveillance (plage, café etc…) et essayer d’avoir l’œil quand vous vous baladez. Il y a énormément de voleurs, comme dans toutes les grandes villes

 

1/// Balade dans le centre de Lima

Le centre de Lima recèle de plusieurs beaux spécimens d’architecture coloniale. Baladez-vous dans les rues autour de la Plaza das Armas, Plaza Mayor (relève de la garde tous les jours à 12h) et de la Plaza San Martin.

lima_1

Lorsque vous serez sur la Plaza das Armas, profitez-en pour commander un petit tour auprès de guides présents sur place afin qu’ils vous emmènent au Mirador del Cerro San Cristobal. Pour 10 soles, vous pourrez admirer une vue imprenable sur Lima.

Bonnes adresses :
  • Si la France vous manque déjà, une maison coloniale abrite le restaurant l’Eau Vive, tenu par des religieuses françaises (rua Ucayali 370)
  • Goûtez au fameux sandwich au jambon du Cordano, ouvert depuis 1905 et classé Monument historique (rua Jirón Ancash)

 

2/// Un tour à Barranco

Bohème, coloré, branché, Barranco est le nouveau quartier à la mode de Lima.

Vieilles demeures colorés, murs ornées de graffs, rues paisibles la journée et animées le soir, ce quartier saura vous séduire.

Baladez-vous autour du parque municipal, flanez en amoureux sur El puente de los suspiros (un petit air de venise), et descendez jusqu’à l’océan par la Bajada de banos.

lima_2

Bonnes adresses :
  • Tio Mario : Pour y mangez une des spécialités péruviennes, les anticuchos (Paseo Chabuca Granda)
  • Ayahuasca : ancienne maison coloniale reconvertie en bar. Un des plus beaux bars de LIMA ! Très bons pisco sours. (Av San Martin 130)
  • El Dragón: boîte liménienne pour danser sur de la bonne musique latine et internationale. ( Nicolas de Pierola 168)
  • Sargento Pimienta pour se déhancher sur du rock ou de la salsa ( Francisco Bolognesi 757)

🙂 Petit conseil : les entrées des boites au Pérou sont souvent payantes. Pour éviter ça, je vous conseille de suivre la page FB « What to do », et vous pourrez vous inscrire directement sur les listes des boites afin de rentrer gratuitement.

 

3/// Tour dans le quartier de Pueblo Libre

Moins touristique que les quartiers de Barranco et du Centre, Pueblo Libre vaut quand même le coup de s’y balader.

De plus, vous pourrez en profiter pour vous faire une sortie culturelle avec le grand Musée d’Arqueologie et d’anthropologie. Très intéressant pour comprendre l’histoire du Pérou.

Bonne adresse :
  • El Bolivariano : Brunch au top ! Pour 70 soles, vous pourrez goûter à quasiment toutes les spécialités péruviennes, grâce à un buffet à volonté.

lima_3

4/// Pédaler sur la côte

Une petite balade le long de l’océan, c’est tentant non ?

Vous pouvez louer vos vélos à Miraflores mais vous paierez cher. J’avais loué le mien pour une journée à Bicicletas Valle Riestra (Calle F.Valle Riestra 132, San Isidro – 25 soles pour la journée entière).

Débutez votre balade au début du Malecon de Miraflores, et pédalez tout en admirant l’océan jusqu’à Chorillos. Vous pourrez faire de nombreux arrêts dans les jardins du Malecon.

En chemin, vous croiserez le célèbre « Parque del Amor » de Miraflores. Profitez-en pour visiter ce quartier et son célèbre Parque Keneddy (parc où sont réunis près d’une centaine de chats).

lima_4

5/// Huaca Pucclana

En plein coeur du quartier résidentiel de Miraflores, se trouve un site archéologique qui détonne : la Huaca Pucclana.

Avec le temps, ce centre cérémonial a diminué mais la pyramide centrale est toujours là. Visitez ce site avec un guide (compris dans le billet d’entrée) pour comprendre son histoire. (Tarif : 12 soles – Ouvert tous les jours de 9 h à 17 h sauf le mardi). Un restaurant assez chic se trouve sur place

 

 6/// Remonter dans le temps avec Pachacamac

lima_5Allez faire un petit tour en dehors de Lima pour découvrir l’un des plus grands sites archéologiques du Pérou : Pachacamac.

Situé à une trentaine de km de la capitale et face à l’Océan Pacifique, ce site vous donnera un aperçu de la culture, histoire et architecture des peuples inca et pré-inca.

Infos :

Adresse : Au km 31.5 de l’ancienne Panaméricaine Sud – Lurín

Tarif : 10 soles (5 soles si vous avez la carte étudiante)

Horaires : 9 h à 17 h (du mardi au samedi), 9 h à 16 h le dimanche ; fermé le lundi

 

7/// Aller voir un concert de musique latine à la Noche

Car la musique adoucie les mœurs, je vous conseille de vous rendre au bar La Noche (Pasaje Sanchez Carrion, 199 A, Barranco – Gratuit le lundi (soirée jazz)), qui propose chaque soir des concerts live de divers artistes d’Amérique du Sud principalement. Bonne ambiance !

Petite touche vintage: un jukebox, d’où vous pourrez passer les musiques que vous voulez !

 

8/// Direction l’imposant Barrio Chino de Lima

Reconnue comme le 3ème plus grand du monde, ce quartier chinois regorge de boutiques mais surtout de Chifas (terme pour cuisine chinoise). Ces Chifas sont le fruit de la fusion entre les cuisines péruviennes et chinoises. Très bon !

Adresse :
  • Wa Lok (rua Jiron Paruro, 864
9/// Faire ses courses tel un local dans un des nombreux marchés de quartier

Chaque quartier de Lima est composé de petits marchés conviviaux dans lesquels vous trouverez tout le nécessaire de la vie quotidienne.

Mais si vous souhaitez voir les choses en grand, rendez-vous au marché de Surquillo ! Collé à Miraflores ( le marché numéro 1), vous y trouverez de tout : des établis remplis de fruits/légumes des différentes régions péruviennes, des produits ménagers, des vêtements, des épices,…. Et vous pourrez même y manger le midi pour quelques soles.

Ambiance locale garantie !

Adresse :  
  • Av. Paseo de la Republica (Ca. Narciso de la Colina) – Ferme ses portes à 17H

 

10/// Et le meilleur pour la fin, la gastronomie péruvienne !

On ne peut pas parler de Lima, sans consacrer une partie à la Gastronomie péruvienne.

Reconnue comme la capitale gastronomique de l’Amérique Latine, Lima est THE ville pour goûter les nombreuses spécialités locales.

Voici donc un menu alléchant de quelques plats/de boissons/ de desserts incontournables et donc à tester (et quelques adresses pour les trouver) :

Si vous avez une petite soif non alcoolisée: l’Inka Cola (soda à la couleur jaune au goût de chewing-gum.) et la chicha morada (fabriquée à base de maïs violet). Personnellement, je n’ai pas aimé, mais c’est très apprécié des péruviens et fait leur fierté !

En cas de soirée un peu arrosée, certains péruviens vous recommanderont de boire un Emoliente (boisson chaude à base de plantes et de jus de citron). Efficace pour la gueule de bois parait-il !

Passons aux choses sérieuses, et pour vous montrer que NON, les péruviens ne mangent pas uniquement des cochons dindes bien dodus comme plat :

  • Ají de gallina : blanc de poulet déchiqueté dans une sauce à base de pain, de lait, de piment, d’ail et d’oignons.
  • Ceviche : Plat emblématique. Il s’agit de poissons crus coupés en petits morceaux et marinés dans du jus de citron vert (leche de tigre), avec des piments.
  • Causa : salade de poulet ou de thon à l’avocat à base de pommes de terre en purée
  • Lomo Saltado : filet de bÅ“uf avec des frites, tomate, oignon et sauce de soja. Un des mes plats préférés !

Si vous êtes adeptes de la cuisine japonaise, foncez manger dans un restaurant japonaise. Tout comme la cuisine chinoise, la fusion japon-pérou est top !

lima_6

Bonnes adresses :
  • La bruja de cachiche : Bolognesi 472, Miraflores. Pour manger un bon ceviche !
  • Muya (beau restaurant, et spécialités péruviennes) :  Pasaje Chabuca Granda 107, Barranco
  • Le Rincon Chami : Calle Esperanza 154, Miraflores. Restaurant atypique, proposant tous les grands classiques de la gastronomie Péruvienne et plus.
  • Wasabi (Restaurant japonais) : La Mar 1292 – Miraflores. A volonté !

Et pour bien finir, les desserts :

  • Suspiro limeño : crème dessert à base de blancs d’Å“ufs battus en neige, de lait concentré et d’une touche d’alcool.
  • Picarones : beignet en forme d’anneaux à base de courges et de patates douces, le tout trempé dans une sorte de miel.

Et tous les desserts à base de Lucuma ! Ce fruit se trouve uniquement au Pérou, et il est vraiment meilleur à manger en pâtisserie. Une de mes révélations culinaires !

Adresse :
  • La Baguette : Av. Vasco Nunez de Balboa 747 – Miraflores
///

Lima est donc ville énorme, aux multiples facettes et qui regorgent d’activité, d’histoire, et de culture.

Alors oui, Lima peut faire peur par sa grandeur, par ses quartiers difficiles, par son trafic (le périphérique parisien est ridicule à côté) mais c’est ça aussi une ville ! Lima est une capitale pleine de vie, qui saura vous plaire !

 

/// Si vous êtes en quête de tourisme solidaire

Je vous conseille l’association Mano a Mano, située dans la banlieue liménienne, à Comas. Elle a pour but d’aider des personnes pauvres de la communauté de La Ensenada par différents solutions : la formation, l’éducation, la sensibilisation… Aujourd’hui l’association vous propose de découvrir la réalité des Péruviens en participant à des activités pour une nuit ou quelques jours (prix attractifs forcément).

Une amie y a travaillé 1 mois, et ce fut une belle expérience !

Elise => 3 mois 1/2 au Pérou

 

 

Top 10

10 choses à faire à Palerme

palerme

BaS

РLes bars et restaurants sont bon march̩ m̻me aux alentours du Teatro Massimo.

РLes italiens fument beaucoup. Les cigarettes sont peu ch̬res et il existe des paquets de 10 cigarettes.

– Les rues sont propres mais on observe de nombreux bâtiments non entretenus voire carrément a l’abandon dans le centre. Le contraste avec les belles façades est parfois flagrant.

– Étrange mais vrai, le papier toilette fait très souvent défaut dans les toilettes.

– Les italiens ont bien souvent des bases de français, ils sont ravis de s’exercer.

 

1/

Se perdre dans les rues à la découverte des églises et autres jolies places : Fontana della vergogna, Quattro canti, Cathédrale, la porte della Citta.

BT_palerme_1

2/

Manger du poisson frais sur le marché Ballaro.

BT_palerme_5

3/

Passer une journée à Agrigento pour découvrir la vallée des temples et profiter d’une plage calcaire. 2h de bus à partir du centre de Palerme, direction Curfula, 14,50€ A/R.

BT_palerme_3

5/
Goûter aux Arancini typiquement siciliens à base de pois chiche ou de boulettes de riz / tomate, le tout pané en boulette. Et à la caponata, à base d’aubergines et tomates.

6/
Entrer dans le teatro Massimo. 3ème plus grand d’Europe après l’opéra Garnier de Paris et le Wiener Staatsoper de Vienne. La visite est à 7€ pour 30min.

BT_palerme_4

7/
S’imprégner de la vie nocturne sicilienne aux abords du teatro Massimo (quartier de la champaneria), la Vucciria (populaire, les gens sont debout dans la rue). Il y a peu de boîte de nuit dans le centre de Palerme mais si vous voulez fouler le sol d’une piste de danse il y a la Feltrinelli, via Carvour. Bibliothèque et librairie le jour, le lieu se transforme la nuit. Il est possible d’y prendre juste un verre en terrasse, sur le toit.

8/
Déguster une glace artisanale en terrasse de café, sur fond de musique italienne.

9/
Réviser son code de la route en montant dans un taxi. Les sens interdits, priorités et feux rouges perdent soudain de leur valeur.

10/
Se balader dans le jardin botanique et le long de la jetée.

/// Bonus non testés

1/ Visiter les catacombes avec des squelettes en costumes d’époque pour 3€. Je n’ai pas eu le temps mais cela m’a fortement été recommandé par plusieurs voyageurs. 30min en moyenne.

2/ Monte Pellegrino, possible de monter en bus avec le N806 puis de redescendre à pied par un sentier qui traverse la réserve naturelle. Compter 2h de descente. Un sanctuaire peut-être visité.

3/ S’échapper sur une plage à l’eau cristalline. Entre autres choix : San Vito lo Capo, Cefalu, Terrassini, Mondello de 10min à 1 heure du centre de Palerme. On a testé Terrassini, à 15min de l’aéroport, très sympa.

🙂 Les bonnes adresses 

– Le restaurant La Locanda via Roma. Il y avait la queue mais tout est très bon et un peu de musique pour l’ambiance.

РLe march̩ de Vucciria, pour se poser le soir avec des grillades.

– Prendre une glace via maqueda.

– Faire du shopping via Roma, a priori c’est là qu’il y a le plus de magasins.

– Le Galeria 149, café bar spacieux avec un personnel sympa. Il semblerait qu’en journée les travailleurs indépendants et étudiants viennent s’y installer.

РH̫tel Alessandra, disponible sur booking. Les chambres sont correctes et peu ch̬res, le personnel super sympa. Attention il faut monter 3 ̩tages pour y parvenir et le wifi est disponible dans le salon uniquement. Manque de fruit au petit d̩jeuner.

 Violaine
Top 10

10 choses à faire en Islande

Islande
1/ Visiter Reykjavik

La ville de Reykjavik n’est pas très grande, vous pourrez donc tout faire à pied. Il n’y a pas beaucoup de monuments à visiter, mais c’est une ville très agréable.

Nous avons adoré l’Opéra « Harpa », ses vitres qui donnent sur la baie et le port sont impressionnantes. A côté, sur la promenade du front de mer, ne manquez pas la célèbre structure en acier représentant un navire de guerre viking.

Au cœur de la ville, nous avons profité des rues piétonnes, des boutiques de souvenirs de la rue Laugavegur notamment et des magasins de tricots et vêtements chauds.

En vous baladant, levez les yeux car des fresques murales couvrent certains immeubles de la ville.

N’oubliez pas de visiter la Cathédrale « Hallgrímskirkja », elle est à la fois moderne et massive, avec une architecture inhabituelle.

islande1

2/ Gouter la gastronomie islandaise

Et oui, j’avoue que la gastronomie n’est pas la première chose à laquelle on pense lorsqu’on évoque l’Islande. Mais certaines spécialités valent le coup !

Profitez de votre escapade en Islande pour gouter :

LES PRODUITS DE LA MER

  • les poissons,
  • la soupe de crevettes, trop bonne !
  • la baleine…. Et oui… et d’ailleurs on dirait du bÅ“uf. Il s’agit d’une espèce de petite taille, dont la pêche est permise et encadrée.

Un restaurant de poisson à absolument tenter est le « Sægreifinn » sur les quais du port.

LA VIANDE, AGNEAU ET MOUTON, que vous verrez courir à travers la lande.

LES HOT DOGS !

Ca peut paraître surprenant mais les Islandais adorent les hot-dogs !!

Vous en trouverez des très bons chez « Boejarins », un foodtruck situé à côté du port, en face de l’Opéra (« Harpa »).

LES BIÈRES ET L’ALCOOL

Il existe une production de bières locales de qualité, à tester dans les bars du centre ville.

Par exemple, le Micro Bar (au 6 Austurstraeti), situé au rez-de-chaussée du CityCenter Hôtel, avec une impressionnante sélection pour tous les gouts.

Les islandais ne sont pas en reste coté alcools forts : ils profitent de la pureté exceptionnelle de leur eau pour distiller d’excellents vodkas, liqueurs et whiskys. Il y a aussi la liqueur de mûre, trop bonne !

 

3/ Faire des randonnées à travers des paysages incroyables

Les paysages magnifiques se succèdent les uns aux autres, toujours plus variés. Pour les apprécier, le meilleur moyen est de les parcourir à pied autant que possible. Equipez-vous en conséquence, vous en aurez besoin, c’est une activité très répandue en Islande !

Vous découvrirez de la lande à perte de vue, des paysages lunaires, des rivières, des cascades, des vallées verdoyantes et des côtes sauvages. Vous en aurez plein les yeux !

islande2 islande3

4/ Les bains chauds en plein air

L’un des plus agréables moments de détente en Islande est sans conteste de se prélasser dans les bains chauds en plein air.

J’en ai essayés 2, de styles très différents.

Il y a le Blue Lagoon, assez touristique et assez cher, mais très surprenant car il s’agit d’un bain artificiel, avec à disposition des bassines remplies d’une sorte de boue curative dont il faut s’enduire pour profiter des bienfaits de l’eau.

islande4

Plus typique, la piscine naturelle d’eau chaude du site de Landmannalaugar.

Ce site est magnifique et idéal pour faire des randonnées. Après, rien de tel qu’une baignade dans cette piscine où l’eau chaude jaillit du sol à 70°… Le choc thermique est parfois saisissant !

islande5

5/ Se rendre au Lagon glacé « Jökulsárlón » pour apercevoir des icebergs

Cet endroit est magnifique !

En traversant le pont, vous apercevrez déjà des icebergs qui se laissent aller vers la mer.

Puis, une fois au bord du lagon, profitez des balades en bateau pour vous en rapprocher et observer les phoques dans leur milieu naturel… inoubliable !

islande8

6/ Voir des fjords

Il y en a beaucoup dans le Nord/Nord Ouest de l’île.

Si vous ne pensez pas faire le Tour de l’Islande, sachez que vous en trouverez non loin de la capitale, autour de la péninsule de Snaefellsnes.

Un fjord se forme lorsque le glacier ayant formé une vallée glaciaire se retire de cette vallée dont le fond est situé sous le niveau de la mer, laissant le champ libre aux eaux maritimes d’avancer à l’intérieur des terres….Bon il faut le savoir sinon on ne s’en rend pas vraiment compte…

 

7/ Accéder à des volcans

Reliefs escarpés, roches noires, paysages lunaires : vous êtes sur l’un des nombreux volcans islandais. L’activité sismique fait de cette île un lieu unique au monde.

L’île en est recouverte.

Le plus connu d’entre eux est évidemment le « Eyafjallajökull » qui bloqua l’espace aérien de toute l’Europe lors de son éruption en 2010. J’ai fait le tour de ce massif volcanique en passant par Posmork, le musée de l’éruption, et les superbes chutes d’eau de Skogafoss et Seljalandsfoss.

 

8/ Profiter d’une faune unique

Vous verrez des animaux traditionnels comme des moutons gambader à travers les champs et les montagnes, ou des chevaux islandais, assez petits avec un galop atypique.

Profitez de votre séjour pour tenter de voir des macareux, de petits oiseaux noirs avec un bec de toutes les couleurs, notamment vers les plages de Dyrholaey.

Au Lagon Glacé, vous pourrez apercevoir des phoques, et en fonction de la saison vous pourrez tenter d’observer des baleines, des excursions étant organisées à partir de Reykjavik ou de Husavik au nord du pays.

 

9/ Plonger dans les mythes et légendes islandaises

Notre guide nous a raconté un conte islandais, l’histoire d’un sorcier qui vient chercher un Hobbit pour aider des nains à retrouver leur puissance et à reprendre la main sur leur château rempli d’or et gardé par un Dragon…. Ca vous rappelle quelque chose ? Et oui, c’est un conte traditionnel pour enfants.

Beaucoup d’autres contes évoquent des histoires d’anneau magique, trolls, elfes et autres créatures.

Les Islandais sont très superstitieux, alors avant de déplacer une pierre pour construire une route, il faut faire appel à une sorte de Chaman pour obtenir l’autorisation de déplacer cette pierre !

islande9

10/ Voir des aurores boréales

islande10

Pour tout voyage en Islande, il y a la cerise sur le gâteau : contempler une aurore boréale !! C’est assez étrange, on dirait des fantômes qui se baladent dans le ciel….

Vous en verrez plus facilement en hiver, en cas de nuit noire avec un ciel très dégagé et par temps froid.

Un spectacle dont vous vous souviendrez !

 

 

Nadia & Pierre => 1 semaine là-bas
Top 10

10 choses à faire à la Nouvelle Orléans

Nouvelle-orleans

1/ Manger une Muffaletta à Central Grocery sur Decatur

C’est une des premières choses à faire quand vous venez d’arriver dans le French Quarter et que vous avez faim. Central Grocery est le lieu de naissance de la Muffaletta; c’est un sandwich supposément italien, mais dont on a jamais entendu parler en Italie. On se dit qu’ils devraient peut-être s’approprier le truc quand même, parce que c’est vachement bon. Il s’agit d’un sandwich de plusieurs viandes, avec une sauce aux olives à en tomber par terre. Prenez-en un pour deux (si vous êtes deux) c’est copieux.

 

2/ Voir un coucher de soleil depuis le parking de Canal Placephoto_itineraire_NO_4

Au bout de Canal St, à l’ouest du French Quarter, en face du grand Casino Harrah’s, se trouve le centre commercial Canal Place. Entrez-y à l’heure où le soleil se couche, et n’achetez rien dans les boutiques, c’est trop cher. A la place, prenez l’ascenseur et montez au dernier étage du parking. And then enjoy the view for a while.

 

 

3/ Se régaler chez Adolfo’s

Adolfo’s, c’est un petit resto dans une bicoque au dessus d’un bar, sur Frenchman. Ca paye pas de mine, mais faut réserver dans la journée pour le soir, n’arrivez pas comme une fleur. On y sert de la cuisine italiano-créole, c’est pas cheap mais c’est pas cher, et c’est vraiment, vraiment très bon. Vous pouvez vous lâcher, spaghettis aux saucisses cajun, écrevisses à la créole et pesto, salades de mozzarella et crevettes épicées… Rien que d’y repenser j’ai envie d’y retourner.

 

4/ Suivez une parade dans Treme

photo_itineraire_NO_2Il n’y en a pas tous les jours, mais si vous restez au moins une semaine, vous devriez pouvoir avoir la chance de voir l’une des fanfares (appelées « second line ») dans des quartiers de mid-city, ou d’updtown. Tout est une bonne excuse pour faire la fête ici, à grand coups de percus et de cuivres : un meeting politique, la fin de la semaine, un enterrement, un anniversaire. Pour savoir où elles ont lieu, rendez-vous sur le twitter d’une dénommée Deborah Cotton, qui poste chaque route de chaque second line. Prenez quelques bières dans une épicerie pas loin, rejoignez-là et éclatez-vous. Dansez avec les gens, rencontrez du monde, vous êtes au coeur de l’esprit de la Crescent City.

 

5/ Ecouter du vrai bon jazz au Spotted Cat
photo_itineraire_NO_1

On peut écouter du jazz partout à la Nouvelle Orléans, la ville est bien connue pour ça. Mais le bon jazz, les vrais bons musiciens, ne courent pas tant les rues que ça. Le Spotted Cat, sur Frenchman, est une boite bien connue pour son exigence avec la musique qu’elle produit chaque soir. Parfois c’est payant, parfois pas, c’est jamais cher et c’est toujours impressionnant. Pensez à votre carte d’identité ou votre passeport, ils la demandent pour tout le monde, même si vous êtes vraiment très vieux. Si la musique ne vous plaît pas, allez voir BMC en bas de la rue, c’est plus dansant, plus accessible. Et toujours gratuit.

 

6/ Les beignets du Café du Mondephoto_itineraire_NO_3

Nous les français on les connaît les beignets, pas vrai ? Eh bah non. Les beignets du Café du Monde, on connaissait pas. Cette vieille institution (elle est debout depuis le début du 19ème) se veut de tradition française, mais leurs beignets au sucre glace n’ont jamais vu le jour en France (un peu comme la Muffaleta en Italie). Ils sont incroyables. Goutez-les à toute heure, la maison est ouverte 24h sur 24. L’ambiance est vraiment

 

 

7/ Visiter le lower 9th ward

photo_itineraire_NO_5A moins que vous ne débarquiez complètement, vous devriez déjà savoir que la ville de la Nouvelle Orléans a beaucoup souffert de l’ouragan Katrina. L’histoire autour des évènements est assez complexe, et vaut le coup de s’y intéresser. Pour voir de près ce qu’il reste d’une telle tragédie, 10 après, vous pouvez vous aventurer dans le lower 9th ward, quartier le plus touché par les inondations et la force du vent. Vous seriez surpris de voir l’ampleur des dégâts encore aujourd’hui, dans une ville qui a du mal à se reconstruire totalement. Ne soyez pas des touristes et parlez aux habitants, respectez l’ambiance et évitez les photos. Vous ne risquerez rien si vous êtes sympa. N’y allez pas seul, n’y allez pas la nuit.

 

8/ Boire un verre et voir un concert au Siberiaphoto_itineraire_NO_6

Vous avez déjà ouvert un guide et avez lu quelque part « Bourbon street » ? N’y allez pas. Ou allez-y, mais juste pour rire. Cette rue est un ramassis de poivrots et de délurées qui vous hurleront à la gueule en empestant l’alcool. Si vous voulez faire la fête correctement, c’est Frenchman St., ou les bars du Marigny. Parmi eux, Siberia, un bar sur St. Claude qui vaut le détour. Prenez un verre pas cher devant un concert de hippies nus peinturlurés à la Glo-paint, ou de rockeurs quasi-morts, mangez des burgers et des blinis hyper bons, vous allez kiffer.

 

9/ Visiter Bywater

photo_itineraire_NO_7Bywater, c’est le quartier hipster de New Orléans. Vous verrez assez vite qu’elle est peuplée de gens assez excentriques, qui ont des perruques et font du monocycle. On peut appeler ça comme on veut, des gens au style décalé, ironique, ils viennent tous de Bywater. Aventurez-vous dans ces rues aux maisons décorées, le street art est partout, et même si on aime pas les hipsters ou les tarés, ça vaut le détour.

 

 

 

10/ Aller saluer Simon, le peintre français de la Nouvelle Orléans

Vous êtes français ? Simon aime les français. Partout dans la ville, dans les commerces, les rues, sur les grands panneaux des autoroutes et des avenues, vous verrez les oeuvres de Simon. Cherchez-les, ils sont colorés, ils font passer un message, et sont signés « Simon, 2014 » ou n’importe quelle autre année depuis 1987. Simon est le peintre français le plus connu de New Orleans et il est génial. Il aime raconter ses histoires de la ville, son expérience post-Katrina, son amour pour la culture de la ville… Il a son atelier au croisement entre Jackson et Magazine St., faites-lui un bisou et vous passerez un bon moment.

Thomas => 4 mois là-bas
Top 10

5 bonnes raisons de tester la semaine sainte

Semaine_sainte

Depuis ma naissance, je vais tous les ans en Espagne. J’ai visité beaucoup de régions, assisté à des mariages, participé à des fêtes populaires. Mais, il me manquait « la semaine sainte ». Tout le monde me disait que je ne comprendrais pas vraiment ce qu’étaient les traditions espagnoles si je n’assistais pas aux célébrations qui avaient lieu pendant cette semaine… Chose faite, et j’ai adoré !

Même si vous n’êtes pas croyant, que vous n’avez pas d’affinités particulières avec le petit Jésus, la vierge Marie, les processions religieuses et les costumes qui ressemblent à s’y méprendre à ceux du Ku Klux Klan, vous allez vivre un moment inoubliable.

C’est parti !

1. MÉLANGER SOLEIL ET TRADITION

La Semaine Sainte est la semaine précédant Pâques.

Elle commence le dimanche des Rameaux (en général, fin mars/début avril) et se finit le Dimanche de résurrection (la veille du lundi de Pâques). Sachez que le lundi de Pâques n’est pas férié en Espagne, sauf pour quelques communautés autonomes.

C’est la période idéale pour profiter du beau temps et découvrir une fête traditionnelle espagnole.

 

 2. DÉCOUVRIR LES FÊTES ESPAGNOLES AUTREMENT

Que connaît-on des fêtes espagnoles ? Le premier mot qui vient à l’esprit est celui de « Feria ». Il y en a une par an, dans chaque ville. Certaines célèbrent aussi le carnaval. La Semaine Sainte vous permettra de découvrir un autre type de fête alliant culture, histoire, tradition et fiesta.

 

3. OBSERVER LES PARTICULARITÉS RÉGIONALES DE L’ESPAGNE

Elle se célèbre dans toutes les villes d’Espagne, du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest.

Il existe cependant des petites particularités. Dans le Nord, les processions sont assez austères, sérieuses et très respectueuses des rites.

En revanche, dans le Sud, et surtout à Malaga, elles sont plus festives, et les spectateurs n’hésitent pas, par exemple, à interpeler les cortèges.

Les rues se parent de décorations spécifiques.

Dans tous les cas, tenue correcte recommandée.

 

4. PARTAGER UNE FERVEUR NATIONALE

La Semaine Sainte est destinée à commémorer la Passion du Christ.

Lors de la Semaine Sainte, des processions célèbrent, tous les jours, la dernière semaine de Jésus, de son arrivée à Jérusalem à son dernier dîner et enfin, à sa résurrection et cela, de façon chronologique.

photo_itineraire_semainesainte_4

En effet, chaque jour il y a plusieurs processions menées par des « cofrades », des personnes qui appartiennent aux confréries religieuses.

Chaque procession est composée d’un cortège de deux chars, l’un représentant une scène de l’histoire de Jésus et l’autre la vierge Marie. Elles partent toutes de leur église de rattachement.

photo_itineraire_semainesainte_1

Tout d’abord, vous entendez les tambours et trompettes qui annoncent la sortie du cortège, puis après l’ouverture des portes, l’emblème apparaît, porté en haut d’un mat. Par la suite, il y a des marcheurs avec de grands, très grands cierges et enfin, les chars. Ce cérémonial est le même pour celui du Christ et celui de la Vierge.

Le cortège suit un parcours prédéterminé. Il est assez lent, alors attendez-le en buvant une
photo_itineraire_semainesainte_2petite bière (si vous êtes à Malaga, je ne sais pas si c’est très bien vu dans les autres villes…).

Cette marche vous permettra surtout d’admirer les somptueuses décorations des chars et les ornements des statues (tissus, capes, bijoux, perles….). Vous serez surpris par la force des porteurs. Ajoutez à ce spectacle, le son des cors et des tambours qui accompagnent le pas des pèlerins.

Sensation, impression et émotion garanties !

 

 

5. VIVRE AU RYTHME DES PROCESSIONS : LES TOPS DE MALAGA

Je ne peux vous conseiller que les processions de Malaga. Cette escapade dans la ville de Picasso vous permettra d’allier culture, soleil et plage.

Sachez qu’à Malaga, il y a entre 6 et 7 processions par jour. Alors, évidemment, on ne peut pas toutes les faire.

Avant d’attaquer cette semaine marathon, n’oubliez pas de vous rendre à l’office du Tourisme pour récupérer un petit guide qui vous donnera les horaires et lieus exacts des sorties, passages et arrivées des processions.

Il y a des processions à ne manquer sous aucun prétexte, avec des moments à ne pas rater.

– Le dimanche des Rameaux, vous verrez surement Antonio Banderas porter l’un des trônes.

– Le lundi est une grosse journée : vers 16h, il y a la procession de los Gitanos, puis à 18h30, celle des Estudiantes. Il faut voir la sortie des chars de ces deux processions.photo_itineraire_semainesainte_3

 

Pour clore cette journée, il faudra attendre vers 21h, sur le pont Aurora, pour voir apparaitre, « el Cautivo », l’une des processions phares de Malaga.
photo_itineraire_semainesainte_5– Le Mardi, il y a el Rocio, « la novia de Malaga », la fiancée de Malaga.

– Le Mercredi est aussi une grosse journée. Assistez à la sortie de « Fusinadas », rendez vous ensuite sur les marches au croisement de la calle Carreteria et pasaje de Santa Isabel pour admirer le lâché de colombes de la « Virgen de la Paloma ». Puis, achevez cette journée en attendant que les trônes du « Rico » retournent dans leur paroisse. Vous observerez le jeu de duettiste du Christ et de la Vierge, qui montre la force et l’habilité des porteurs de ces trônes.

– Je vous avoue que je ne suis pas sortie le Jeudi mais les processions à ne pas rater sont : « Cena », « Mena » et « Esperanza ».

– Le vendredi saint est la dernière grande étape. La procession Dolores de San Juan est très intéressante à voir car elle rentre dans la grande cathédrale de Malaga (en générale vers 21h). Puis, il y a celles « Descendimento » et « Montecalvario » ou encore celle du « Sepulcro ».

Mais, celle à ne manquer sous aucun prétexte, celle pour laquelle il faut être là, devant l’église, au moins 30/45 minutes avant, est celle de « Servitas ».

Vous allez vivre un moment extraordinaire. Je pense que s’il n’y a qu’une procession à faire pendant cette semaine, c’est celle-ci, la plus impressionnante.

photo_itineraire_semainesainte_6

En effet, en attendant la sortie de la Vierge, vous êtes sur une petite place. Lorsque la vierge (il n’y a qu’un seul trône, celui de la vierge) s’apprête à sortir, les lumières de la place s’éteignent. Là où la procession passe, les lumières s’éteignent et ce, tout au long du trajet.

Puis, des femmes, sur le balcon situé en face de l’église, coiffées d’une « peineta » (du peigne andalou) chantent en l’honneur de la Vierge.

Ensuite, commence la procession, dans un silence impressionnant (attention aux remarques si vous ne le respectez pas), personne ne parle, ne rigole, ne sourit, et peu à peu, on entend les pénitents vêtus de noir, illuminés par la seule lueur de leur cierge, sortir de l’église, en train de prier. Leurs prières sont immédiatement reprises par la foule….

Je me répète mais c »est très, très impressionnant !

Top 10

5 bonnes raisons de visiter Tenerife

tenerife

Quand on parle de Tenerife (l’une des îles des Canaries), on pense spontanément aux clubs de vacances, aux touristes russes, allemands et anglais. Bon, c’est un peu ça, mais pas que ! Si le sud de l’île est très touristique, sachez que le nord l’est un peu moins.

Cette île recèle de paysages incroyables, d’une culture immanquable et d’une gastronomie étonnante.

Les tops de Tenerife :

1. LE SOLEIL

Quelle que soit l’époque à laquelle vous y allez, vous avez une très, très forte probabilité pour qu’il fasse beau et doux. Le soleil sera au rendez-vous.

Déconnexion et bien-être garanti.

 

2. GASTRONOMIE

CÔTÉ ALIMENTAIRE

1. Ma grande découverte a été l’almogrote

Il s’agit d’une sorte de pâte de fromage (assez forte) composée de chèvre, d’huile de tournesol, de pain, de sel, poivre et de quelques épices. Sur un toast chaud, c’est un régal.

2. Les mojos rouge ou vert

Il s’agit d’un condiment.

Il est à base de coriandre, de poivrons verts ou de persil pour le mojo vert, et d’un poivron particulier (poivron de palmeraie) et de piment pour le mojo rouge.

3. Vous trouverez également des confitures des toutes sortes, ananas, kiwi, goyave…

CÔTÉ BOISSON

1. Le rhum miel (ron miel) est la boisson des Canaries. C’est un rhum de mélasse auquel on a ajouté un peu de miel.

Bien frais, c’est hyper bon !

2. La bière locale, la dorada, est blonde et légère.

3. Les vins

Tenerife produit de bons vins, rouges et blancs, qui gagnent à être découverts.

 

3. LES PAYSAGES

photo_tenerife_10

1. Allez dans le parc du Teide – c’est une visite IMMANQUABLE
photo_tenerife_11Le Teide est un volcan au centre de l’ile dont le sommet se situe à plus de 3.700 mètres. Tout autour se trouve un parc dans lequel vous pourrez admirer une faune et une flore toute particulière, presque lunaire.

Sachez que des randonnées sont organisées par les services du Parc. Vous pourrez également, en fonction de la saison et des conditions climatiques, accéder au sommet du volcan grâce au Téléphérique. Le ticket est un peu cher, je vous l’accorde.

Lorsque j’y suis allée, en février, il y avait trop de neige et l’accès au sommet était interdit.

Même si vous ne pouvez pas accéder au sommet, allez-y, vous vous baladerez dans ce magnifique parc, un souvenir mémorable ! Pensez à bien vous couvrir (manteau/écharpe) et à mettre des chaussures confortables (de bonnes baskets), on est sur un volcan, en altitude.

2. Los Gigantes “ Los Acantilados de Isorana”photo_tenerife_1

Il n’y a pas grand-chose à voir, à l’exception de cette vue magnifique, mais c’est l’une des curiosités de l’île.

3. El Medano

Au sud de l’ile, il s’agit d’une plage de sable fin à perte de vue qui se finit par une étrange et imposante montagne rouge. C’est le rendez-vous des kitesurfers…

 

 

4. LES VILLES ET VILLAGES PITTORESQUES

1. Santa Cruz, la capitale

Santa Cruz est une ville agréable avec sa promenade maritime et son grand port de plaisance, son marché dans lequel vous trouverez les produits les plus traditionnels de l’île et ses rues remplies de boutiques.

Ne manquez pas son auditorium, d’une architecture étonnante !

photo_tenerife_2

2. San Cristobal de la Laguna

Ville classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, elle regorge d’églises et de maisons à l’architecture traditionnelle.

L’église Nuestra Señora de la Concepción est très belle et, du haut de la tour qui l’avoisine, vous aurez une vue imprenable sur la ville et les montagnes des alentours.

photo_tenerife_3

3. Candelaria

Très joli village balnéaire. La promenade y est très agréable. Promenez-vous jusqu’à la place principale sur laquelle vous verrez les statues des guanches (nom donné aux premiers habitants de l’île) et la Basilique de la Virgen de Candelaria. Puis, faite un petit tour du village.

Il existe différents circuits de promenade et de randonnée indiqués sur des panneaux en face de la Basilique.

Personnellement, j’ai fait celui qui longe la mer. Très beau !

Vous pouvez en profiter pour prendre un verre dans un bar à vins situé à 2 pas de la basilique : Maresia y Volcan (41 calle Obispo Pérez Cáceres) qui propose des vins locaux et d’excellentes tapas.

photo_tenerife_4

4. Icod de los Vinos

Cette petite ville est surtout connue pour son dragonnier, arbre millénaire symbole de la ville. Profitez-en pour faire une petite promenade, c’est très plaisant.

photo_tenerife_5

5. Puerto de la Cruz

Ville sans grand intérêt avec une promenade maritime assez agréable.

6. Orotava et sa vallée

La ville d’Orotava vous permettra de faire une petite balade de quelques heures. Il s’agit d’une petite ville avec ses rues pavées, ses églises, et ses demeures typiques, notamment la Casa de los Balcones, maison qui a gardé l’architecture traditionnelle de l’île.

Vous pourrez également profiter des nombreux espaces verts qu’offre cette ville : comme le jardin botanique, La Hijuela del Botánico ou le Jardín Victoria.

Proche de la ville d’Orotava, allez vous balader dans la vallée d’Orotava qui s’étend du Teide à la mer et les plages de El Bollullo, La Fajana et La Grimona.

 

5. LE CARANVAL

Alors là, j’ai adooooré!! A FAIRE ABSOLUMENT!

Tout le monde connaît le carnaval de Rio et celui de Venise mais celui de Santa Cruz de Tenerife est incroyable.

Le concept est assez simple, des festivités pour toute la famille, les jeunes et les moins jeunes sont organisées pendant 1 mois, mais seulement 10 jours marquent vraiment l’effervescence du carnaval, et tout le monde se déguise à n’importe quelle heure de la journée !

Il existe des parades et des défilés à ne pas manquer, les plus emblématiques :

1. La Cabalgata anunciadora, défilés des écoles de danse de l’île et des trônes des reines du Carnaval. Elle commence le soir, vers 20/21h.

2. El Entierro de la sardina, défilé de deuil, littéralement, on enterre la sardine. Il a lieu le mercredi de Cendres. Je ne sais pas trop comment vous décrire ce défilé.

photo_tenerife_6

Il commence comme une procession mortuaire, avec des couronnes mortuaires et un corbillard spécialement customisé pour l’occasion (avec des canettes de bière), dans laquelle les hommes se déguisent en femmes, les hommes et les femmes vêtues de noir pleurent la possibilité de manger des aliments riches en calories avant le carême, les images religieuses sont tournées en dérision. Une amie qui habite là-bas m’a raconté que, dans l’école privée catholique dans laquelle elle a étudié, il était formellement interdit de parler de ce défilé et de s’y rendre… et bien, j’ai compris pourquoi ! Il faut le vivre !

Ce défilé est suivi d’un feu au cours duquel les reliques de sardines sont brulées puis d’une fête !

3. Le défilé Ni fu / Ni fa, avec son mémorable et très populaire Coso.

Le Coso est le défilé le plus populaire du Carnaval grâce auquel vous verrez de nombreux groupes de danse, de musiciens, des chars.
photo_tenerife_7 photo_tenerife_8

4. El Carnaval de Dia

Grande fête de jour avec des orchestres

5. Mise à part ces défilés, profitez de l’ambiance nocturne du Carnaval.

Et oui, sachez que tous les soirs, les principales rues et places de Santa Cruz sont fermées à la circulation, et deviennent des boites en plein air ! Les bars sont ouverts, des camions émettent de la musique en pleine rue et les places deviennent des dancefloors.

Les règles d’or pour profiter sont :

🙂 Venir déguisé, vraiment ! Ne faites pas vos timides. Tout le monde est déguisé, vous passerez plus inaperçu en vous déguisant qu’en étant habillé normalement ! Je suis sortie 2 soirs et je n’ai vu personne, vraiment personne qui n’était pas déguisé.

Se laisser-aller.

photo_tenerife_9

Liens_U

Tourisme des Canaries

Le Carnaval de Tenerife