Browsing Category

Babel +

Conseils

Quelques tapas

tapas

Ah, l’Espagne, sa sieste, son farniente, ses plages, ses fêtes, son flamenco, ses corridas, sa cornemuse, son Picasso, son Gaudí, son Don Quichote mais surtout ses TAPAS !!

Impossible d’aller en Espagne, Nord, Sud, Est ou Ouest, sans manger de tapas. Vous en trouverez dans toutes les régions.

photo_continue_ton_voyage_andalousie_tapas

Où que vous alliez, vous trouverez :

photo_continue_ton_voyage_andalousie_jamon

DES PLATEAUX DE CHARCUTERIE

Il y a une multitude de variétés de charcuterie, par exemple : jamon, chorizo, lomo, fuet, salchichon…

Elle est à base de porc, soit de race traditionnelle (serrano), soit de race Patte Noire (pata negra ou ibérico). Sachez qu’il y a plusieurs types de pata negra, en fonction de l’alimentation du porc : celui qui est nourri avec tout type d’aliment (on l’appelle iberico de cebo, recebo oucampo) et celui qui est nourri exclusivement de glands (iberico de bellota), plus cher mais vraiment excellent.

 

DES PLATEAUX DE FROMAGE

photo_continue_ton_voyage_andalousie_tapas_2

Chaque région a ses spécialités. Vous trouverez plein d’autres sortes de fromages à pâte dure (le Manchego) et à pâte molle (la Tetilla ou le Cabrales). Sachez qu’en Espagne, il est habituel de mélanger les types de lait – vache, brebis ou chèvre – ce qui donne des fromages très variés.

des patatas bravas con salsa rosa (pommes de terre sautées avec une salsa rosa composée de mayonnaise, ketchup et piment)

des albondigas (boulettes servies en générale avec de la sauce tomate)

la ensaladilla rusa (salade composée de pommes de terre, thon, légumes, mayonnaise)

la tortilla (omelette de pommes de terre)



photo_continue_ton_voyage_andalousie_poivronDans le Sud, en Andalousie, vous trouverez également

Trois types de soupe froide de tomates :

la porra

le salmonejo

le gazpacho

Ce qui les différencie, les produits qui accompagnent les tomates… tout simplement !

des berenjenas con miel (aubergines frites avec du miel)

la ensaladilla de pimientos (une salade de poivrons)

les croquetas de jamon (croquette de crème au jambon)

 


photo_continue_ton_voyage_andalousie_poulpe_2Dans le Nord, par exemple, en Asturies ou en Galice, 
vous trouverez plus facilement

des pimientos de padron (petits poivrons frits avec du gros sel)

les patatas bravas con cabrales (pommes de terre frites avec une crème de Cabrales, fromage persillé)

chorizo a la sidra (cuit dans le cidre)

chorizo al vino (cuit dans le vin)

le Pulpo a la gallega (poulpe cuit saupoudré de paprika)

 

 

De retour, s’il fait beau et chaud, rien de tel que de préparer un petit apéro estival.

Je vous propose à cet effet deux recettes faciles pour continuer votre voyage :

photo_continue_ton_voyage_andalousie_porraEL SALMONEJO

Ingrédients 

  • 1 kg de tomates
  • 1 gousse d’ail
  • 3 ou 4 tranches de pain de mie
  • Huile d’olive, vinaigre
  • Sel, Poivre

1/ Couper les tomates en quatre et retirer le trognon.

Certaines personnes épluchent les tomates et enlèvent les petits pépins. Personnellement, je ne le fais pas pour garder toute la saveur de la tomate.

2/ Dans un mixeur, mettre les tomates, la gousse d’ail coupée en deux, les tranches de pain coupé en petits morceaux, l’huile d’olive, le vinaigre, le sel et le poivre.

3/ Il faut que le tout soit très bien mixé pour faire disparaître toute la peau de la tomate et ses pépins.

4/ Mettre le mélange dans le réfrigérateur pendant plusieurs heures. Il faut que le mélange soit bien froid.

5/ Vous pouvez servir ce mélange dans des petites verrines ou dans un grand saladier.

Pour la présentation

déposer un ou deux œufs durs émiettés et des copeaux de jambon cru

ou

couper des morceaux de concombre.

LE GAZPACHO

photo_continue_ton_voyage_andalousie_gazpacho

Ingrédients 

  • 1 kg de tomates
  • ½ concombre
  • 2 poivrons (pour la couleur, je prends un rouge et un vert)
  • 1 gousse d’ail
  • ½ oignon
  • 1 tranche de pain de mie
  • Huile d’olive, vinaigre
  • Sel, Poivre

1/ Couper les tomates en quatre et retirer le trognon.

Certaines personnes épluchent les tomates et enlèvent les petits pépins. Personnellement, je ne le fais pas pour garder toute la saveur de la tomate.

2/ Couper le concombre en cubes après avoir retiré les pépins.

3/ Couper les poivrons en cubes après avoir retiré les pépins et le bord blanc qui se trouve à l’intérieur.

4/ Dans un mixeur, mettre les tomates, la gousse d’ail coupée en deux, l’oignon, les concombres, les poivrons, la tranche de pain coupé en petits morceaux, l’huile d’olive, le vinaigre, le sel et le poivre.

5/ Il faut que le tout soit très bien mixé pour faire disparaître toute la peau de la tomate et ses pépins.

6/ Ajouter des glaçons dans le mélange. Puis, mettre le tout au réfrigérateur pendant quelques heures pour que la soupe devienne bien froide.

7/ Servir dans un verre avec des glaçons.

 

BON APPÉTIT !
Top 10

10 choses à faire à la Nouvelle Orléans

Nouvelle-orleans

1/ Manger une Muffaletta à Central Grocery sur Decatur

C’est une des premières choses à faire quand vous venez d’arriver dans le French Quarter et que vous avez faim. Central Grocery est le lieu de naissance de la Muffaletta; c’est un sandwich supposément italien, mais dont on a jamais entendu parler en Italie. On se dit qu’ils devraient peut-être s’approprier le truc quand même, parce que c’est vachement bon. Il s’agit d’un sandwich de plusieurs viandes, avec une sauce aux olives à en tomber par terre. Prenez-en un pour deux (si vous êtes deux) c’est copieux.

 

2/ Voir un coucher de soleil depuis le parking de Canal Placephoto_itineraire_NO_4

Au bout de Canal St, à l’ouest du French Quarter, en face du grand Casino Harrah’s, se trouve le centre commercial Canal Place. Entrez-y à l’heure où le soleil se couche, et n’achetez rien dans les boutiques, c’est trop cher. A la place, prenez l’ascenseur et montez au dernier étage du parking. And then enjoy the view for a while.

 

 

3/ Se régaler chez Adolfo’s

Adolfo’s, c’est un petit resto dans une bicoque au dessus d’un bar, sur Frenchman. Ca paye pas de mine, mais faut réserver dans la journée pour le soir, n’arrivez pas comme une fleur. On y sert de la cuisine italiano-créole, c’est pas cheap mais c’est pas cher, et c’est vraiment, vraiment très bon. Vous pouvez vous lâcher, spaghettis aux saucisses cajun, écrevisses à la créole et pesto, salades de mozzarella et crevettes épicées… Rien que d’y repenser j’ai envie d’y retourner.

 

4/ Suivez une parade dans Treme

photo_itineraire_NO_2Il n’y en a pas tous les jours, mais si vous restez au moins une semaine, vous devriez pouvoir avoir la chance de voir l’une des fanfares (appelées « second line ») dans des quartiers de mid-city, ou d’updtown. Tout est une bonne excuse pour faire la fête ici, à grand coups de percus et de cuivres : un meeting politique, la fin de la semaine, un enterrement, un anniversaire. Pour savoir où elles ont lieu, rendez-vous sur le twitter d’une dénommée Deborah Cotton, qui poste chaque route de chaque second line. Prenez quelques bières dans une épicerie pas loin, rejoignez-là et éclatez-vous. Dansez avec les gens, rencontrez du monde, vous êtes au coeur de l’esprit de la Crescent City.

 

5/ Ecouter du vrai bon jazz au Spotted Cat
photo_itineraire_NO_1

On peut écouter du jazz partout à la Nouvelle Orléans, la ville est bien connue pour ça. Mais le bon jazz, les vrais bons musiciens, ne courent pas tant les rues que ça. Le Spotted Cat, sur Frenchman, est une boite bien connue pour son exigence avec la musique qu’elle produit chaque soir. Parfois c’est payant, parfois pas, c’est jamais cher et c’est toujours impressionnant. Pensez à votre carte d’identité ou votre passeport, ils la demandent pour tout le monde, même si vous êtes vraiment très vieux. Si la musique ne vous plaît pas, allez voir BMC en bas de la rue, c’est plus dansant, plus accessible. Et toujours gratuit.

 

6/ Les beignets du Café du Mondephoto_itineraire_NO_3

Nous les français on les connaît les beignets, pas vrai ? Eh bah non. Les beignets du Café du Monde, on connaissait pas. Cette vieille institution (elle est debout depuis le début du 19ème) se veut de tradition française, mais leurs beignets au sucre glace n’ont jamais vu le jour en France (un peu comme la Muffaleta en Italie). Ils sont incroyables. Goutez-les à toute heure, la maison est ouverte 24h sur 24. L’ambiance est vraiment

 

 

7/ Visiter le lower 9th ward

photo_itineraire_NO_5A moins que vous ne débarquiez complètement, vous devriez déjà savoir que la ville de la Nouvelle Orléans a beaucoup souffert de l’ouragan Katrina. L’histoire autour des évènements est assez complexe, et vaut le coup de s’y intéresser. Pour voir de près ce qu’il reste d’une telle tragédie, 10 après, vous pouvez vous aventurer dans le lower 9th ward, quartier le plus touché par les inondations et la force du vent. Vous seriez surpris de voir l’ampleur des dégâts encore aujourd’hui, dans une ville qui a du mal à se reconstruire totalement. Ne soyez pas des touristes et parlez aux habitants, respectez l’ambiance et évitez les photos. Vous ne risquerez rien si vous êtes sympa. N’y allez pas seul, n’y allez pas la nuit.

 

8/ Boire un verre et voir un concert au Siberiaphoto_itineraire_NO_6

Vous avez déjà ouvert un guide et avez lu quelque part « Bourbon street » ? N’y allez pas. Ou allez-y, mais juste pour rire. Cette rue est un ramassis de poivrots et de délurées qui vous hurleront à la gueule en empestant l’alcool. Si vous voulez faire la fête correctement, c’est Frenchman St., ou les bars du Marigny. Parmi eux, Siberia, un bar sur St. Claude qui vaut le détour. Prenez un verre pas cher devant un concert de hippies nus peinturlurés à la Glo-paint, ou de rockeurs quasi-morts, mangez des burgers et des blinis hyper bons, vous allez kiffer.

 

9/ Visiter Bywater

photo_itineraire_NO_7Bywater, c’est le quartier hipster de New Orléans. Vous verrez assez vite qu’elle est peuplée de gens assez excentriques, qui ont des perruques et font du monocycle. On peut appeler ça comme on veut, des gens au style décalé, ironique, ils viennent tous de Bywater. Aventurez-vous dans ces rues aux maisons décorées, le street art est partout, et même si on aime pas les hipsters ou les tarés, ça vaut le détour.

 

 

 

10/ Aller saluer Simon, le peintre français de la Nouvelle Orléans

Vous êtes français ? Simon aime les français. Partout dans la ville, dans les commerces, les rues, sur les grands panneaux des autoroutes et des avenues, vous verrez les oeuvres de Simon. Cherchez-les, ils sont colorés, ils font passer un message, et sont signés « Simon, 2014 » ou n’importe quelle autre année depuis 1987. Simon est le peintre français le plus connu de New Orleans et il est génial. Il aime raconter ses histoires de la ville, son expérience post-Katrina, son amour pour la culture de la ville… Il a son atelier au croisement entre Jackson et Magazine St., faites-lui un bisou et vous passerez un bon moment.

Thomas => 4 mois là-bas
Conseils

Interview – Voyager seule quand on est une fille c’est possible !

partirseulfille

Rencontre avec Eden, une globe trotteuse partie seule 6 mois en Asie, elle nous raconte son expérience:

1. Pourquoi es-tu partie 6 mois ? Pourquoi l’Asie ?

J’ai toujours eu envie de partir pour un long voyage. Mais c’est le genre de projet qu’il est facile de reporter. J’occupais un poste dans une entreprise qui ne me plaisait pas, et je me suis dis que c’était le bon moment. J’ai donc décidé d’y rester un peu plus longtemps pour mettre de l’argent de coté et de partir quelques mois après. Pour l’Asie, là encore, j’ai toujours eu envie de visiter la région où je n’étais jamais allée. C’est une région sûre et facile pour un premier voyage en solo. D’ailleurs, parmi les nombreuses personnes rencontrées, l’Asie du Sud-Est est souvent un premier voyage. 

conseil_partir_seule_1bis

 

2. Est-ce qu’être une fille t’a freinée dans ta décision de partir seule ?

Etre une fille ne m’a pas freiné dans ma démarche. Ma décision était prise et j’allais partir. Mais le fait d’être une fille doit tout de même être prise en considération pour choisir les pays dans lesquels on voyage. Un des gros avantages de l’Asie du Sud-Est est que c’est particulièrement sûr. On rencontre énormément d’autres backpackers dont une grande partie est constituée de filles voyageant solo. Personnellement je ne me suis jamais sentie en danger. Respectez les cultures et les religions. Et ça vaut pour les filles comme pour les garçons. Vous ne rentrerez jamais dans un temple si vous avez un short par exemple.

 

3. Comment rassurer toutes les filles qui aimeraient partir ?

conseil_partir_seule_4Les filles, ne vous interdisez pas de faire ce que vous souhaitez faire parce que vous avez peur. Oui il faut être prudente comme partout. Si vous avez des doutes, vous pouvez toujours partir à deux ou plusieurs, et si vous ne trouvez personne dans votre entourage prêt pour l’aventure, il existe de nombreux forums de backpackers pour faciliter les rencontres et voyager ensemble. L’Asie du Sud-Est est aussi une bonne région pour un premier voyage en solo et prendre de l’assurance. Renseignez-vous, lisez les nombreux blogs de voyageuses solos qui vous donnent des conseils et partagent leurs expériences et ressentis, rencontrez d’autres voyageuses et voyageurs, à travers des événements, des associations, sur internet… Mais surtout si vous souhaitez partir, partez.

 

4. Comment t’es tu organisée avant de partir ?

Je n’ai pas beaucoup organisé mon parcours, j’avais une liste sans fin de pays que je souhaitais visiter mais je ne voulais surtout pas me donner de contraintes.

BaSPar contre, plusieurs choses sont indispensables à mon sens :

LA SANTÉ : c’est à dire voir quels vaccins sont nécessaires ou recommandés, vérifier les zones de paludisme…

LA BANQUE : à prendre en considération bien avant le départ car les frais de banque peuvent être un trou dans le budget. Personnellement, j’ai ouvert un nouveau compte dans une autre banque qui proposait un meilleur package voyage et j’ai pris 2 cartes bleues, ce qui s’est révélé une très bonne idée lorsque j’en ai perdue une.

L’ASSURANCE VOYAGE : personnellement j’en ai prise une mais je n’en ai pas eu besoin. Vu le nombre de personnes rencontrées qui ont eu des petits ou gros soucis de santé, je me dis que c’est un investissement que je ne regrette pas, même a posteriori. Les hôpitaux en Asie du Sud-Est sont parfois remarquablement bons, mais vous serez souvent facturés en tant que touristes. A vous de choisir quel risque vous souhaitez prendre.

LES VISAS indispensables à vérifier pour les premiers pays visités. Pour la Thaïlande, c’est facile, vous pouvez rester 30 jours dans le pays sans avoir besoin de visa. Mais, et je parle d’expérience, votre compagnie aérienne peut vous demander une preuve de billet retour ou de billet de continuation. Je suis arrivée à l’aéroport sans l’un ni l’autre, j’ai du prendre un billet pour le Cambodge sur internet en 2min. Même chose quand je suis allée aux Philippines. Bien entendu tout dépend des compagnies, mais c’est à garder en tête, un billet d’avion sera toujours plus cher qu’un bus ou un train. Si vous vous organisez à l’avance, réservez un bus ou train local que vous pourrez même parfois annuler.

 

5. As-tu suivi ce que tu avais prévu ?

Pas du tout. Comme je le disais j’avais une liste sans fin de pays à visiter. C’est simple, je voulais tout faire. Mais on se rend compte rapidement que chacun voyage à son rythme et selon ses envies. Personnellement, j’ai eu tendance à rester bien plus longtemps que prévu dans chaque pays. Du coup il m’a fallu faire des choix. Rester plus longtemps au Vietnam et ne pas faire le Laos, abandonner mon projet d’aller en Mongolie, rester 3 semaines au même endroit pour apprendre à surfer… J’ai rencontré d’autres voyageurs qui voulaient en faire un maximum et qui restait donc un minimum de temps dans chaque lieu. Chacun sa philosophie. On ne se rend pas forcément compte mais voyager longtemps est épuisant. On vit dans notre valise, qu’on fait et défait un nombre incalculable de fois, tout est nouveau, tout est inconnu, il est nécessaire d’être sociable et de poser régulièrement les mêmes questions, d’où viens-tu ? Où vas-tu ? Où es-tu allée ? On dort souvent dans des dortoirs toujours plus bruyants qu’une chambre privée. On est tout simplement loin de nos habitudes et psychologiquement comme physiquement, on fatigue.

conseil_partir_seule_5Alors parfois il m’était nécessaire de prendre une journée de congés de mon voyage où je prenais du temps pour autre chose que les visites et les rencontres, je lisais toute la journée à l’auberge, j’allais au cinéma, je passais toute une journée dans un hamac.

D’autres fois, quand tu aimes un lieu, tu décides de rester plus longtemps, souvent quand tu aimes des gens, tu décides de faire un bout de chemin avec eux. Inversement, tu peux détester et partir au plus vite.

Au final, même si on prévoit bien à l’avance, il faut garder en tête que les autres, voyageurs et locaux comme les lieux peuvent vous donner envie de changer vos plans, garder cette possibilité en tête. Car si on voyage seul(e), c’est aussi pour avoir cette liberté.

 

6. Comment résumerais-tu ton voyage ?

Il est impossible de répondre à cette question. Au final, chaque voyage est personnel. Je pourrai vous raconter la fois où j’ai nagé avec des requins baleines, où j’ai fait du scooter pour la première fois, les voyages en bus sans fin, mais au final ça ne résumerait pas mon voyage. Mon voyage c’est l’ensemble des rencontres que j’ai faites, ce sont les saveurs et les odeurs, c’est la chaleur et l’océan, c’est regardé son compte en banque, avoir la wifi, c’est tomber amoureuse des gens, amoureuse du pays. C’est une expérience unique dont on peut parler, mais qu’il est très difficile à partager entièrement avec ceux qui ne l’ont pas vécu avec toi.

conseil_partir_seule_7 conseil_partir_seule_8

7. Quels pays as-tu visité? Une préférence ?

J’ai pris un aller simple pour Bangkok. Je suis restée un mois en Thaïlande, 18 jours au Cambodge, un mois au Vietnam, 2 semaines en Birmanie, 3 jours à Kuala Lumpur en Malaisie, 1 mois au Philippines, 5 jours à Hong Kong, une semaine à Taiwan, 7 semaines en Indonésie.

Les préférences sont toujours personnelles et bien entendu dépendent des expériences vécues. Pour ma part, ce fut le Vietnam et les Philippines.

conseil_partir_seule_6LE VIETNAM, outre que ce soit un pays magnifique, je l’ai visité à moto. J’ai rencontré deux néo-zélandaises au Cambodge qui venaient de vivre l’expérience. Elle n’avait aucune expérience en moto et avait appris sur le tas. Arrivée à Ho Chi Minh, j’ai pris une moto sur un coup de tête, j’avais appris à faire du scooter en Thaïlande un mois à peine auparavant. Le backpacker qui me l’a vendu m’a montré en 15 min comment s’en servir en plein trafic, pas la situation idéale. Mais ce fut la meilleure décision de tout mon voyage. J’ai rencontré d’autres bikers avec qui faire le trajet jusqu’à Hanoi où je l’ai revendu. L’expérience a été incroyable.

LES PHILIPPINES est un pays encore peu touristique car constitué de plusieurs milliers d’îles. Les paysages et les ambiances sont complètement différentes selon où vous allez. J’y suis restée un mois et je n’ai vu qu’une toute petite partie du pays. Les paysages sont superbes, et on y trouve à mon avis les plus belles plages d’Asie du Sud-Est. On peut facilement rencontreré des locaux car ils parlent en majorité anglais, alors qu’il était très frustrant de ne pas pouvoir toujours communiquer dans les autres pays. C’est aussi le pays où j’ai découvert la plongée et le surf.
conseil_partir_seule_2

 

8. Ta plus belle expérience ?

conseil_partir_seule_3

 

 

Difficile d’en choisir une. Mais je dirai le Vietnam à moto. Le trajet entre Dalat et Na Trang, dans les montagnes au milieu des nuages reste un de mes plus beaux souvenirs.

 

 

 

9. Ta plus grosse galère ?

J’ai eu beaucoup de chance, je n’ai eu aucun problème de santé.

Ma plus grosse galère, qui finalement n’en a pas été une, a été d’oublier une de mes cartes bleues dans un distributeur. Il a fallu annuler la carte. Heureusement j’en avais une autre, mais la banque avait une fâcheuse tendance à bloquer la carte dès que je retirais de l’argent, pour suspicion de fraude. En soi ce n’est pas bien grave mais c’est très énervant de devoir appeler régulièrement à l’autre bout du monde pour qu’on débloque notre carte, vérifier qu’on ne la bloquera pas à nouveau, réexpliquer à nouveau qu’on est en voyage et quel pays on visite. Heureusement c’est arrivé lors du dernier mois donc là encore j’ai eu de la chance.

 

10. Combien t’as couté ton voyage? T’es tu aidé d’applications pour gérer ton budget ?

Mon voyage m’a couté entre 8000 et 9000euros. Tout compris pour 6 mois de voyage. Certains trouveront que c’est cher, d’autres que non. Tout dépend de la manière dont vous voyagez. Personnellement je n’avais aucun souci pour aller dans une auberge vraiment pas cher et j’adorais manger dans les bouiboui de rue. Par contre je ne me refusais rien en tant qu’expériences, que ce soit trois semaines de surf, que ce soit mes licences de plongée, que ce soit des treks de trois jours. Peu importe, si je souhaitais le faire, je le faisais. Ce qui peu aussi revenir très cher, c’est le transport. Si l’on souhaite voyager vite, on va privilégier l’avion plutôt que le bus ou le train et plus on visite de pays, plus on aura de chance d’avoir à prendre l’avion.

Au début, j’ai téléchargé une application que j’ai vite abandonné. Rentrer toutes les dépenses étaient non seulement fastidieux mais déprimant. Il est en effet difficile de pouvoir profiter de son voyage à travers ses dépenses. J’ai préféré regarder mes comptes régulièrement plutôt que d’avoir à tout noter. Mais si on a un budget très serré, ça peut être vraiment utile.

 

11. Avec quoi es-tu partie dans ta valise ?

Beaucoup trop de choses, et pourtant mon sac à dos ne faisait que 11kg en partant. Tout dépend de la manière dont vous voyagez. Par exemple je n’ai pas fait de camping, donc pas besoin de duvet ou de tente. Et même si vous le prévoyez, vous pouvez souvent louer du matériel sur place, ce qui est beaucoup plus intéressant que de transporter tout son bardas pour les 2/3 jours de camping. J’avais amené de quoi faire mon linge (lessive, corde, pince à linge) alors qu’au final de nombreuses auberges ont un service de pressing, ou alors vous les trouvez en ville pour 3euros à peine. Il faut penser pratique. Les choses indispensables à mon sens sont les sous-vêtements (on n’en a jamais assez), de bonnes chaussures et une bonne trousse à pharmacie (désinfectant, pansement, et anti-diahérique), un jeu de carte et pour les filles, des tampons (difficile à trouver). Au final, on trouve de tout et pour pas cher sur place, même les médicaments.

EDEN => 6 MOIS LÀ-BAS
Conseils

Quand voyage et économie font bon ménage !

voyagerpascher
Quand voyage et économie font bon ménage !

Depuis quelques années, avec l’émergence d’une société collaborative, il est possible de partir en vacances à travers le monde entier sans se ruiner !

Les valeurs humaines sont de plus en plus vendeuses et nombreuses sont les start-up basés sur le tourisme collaboratif à voir le jour. Cette multitude d’initiatives économique qui se base sur l’entraide, le partage nous font voyager, découvrir le monde d’une manière différente.

Voici un condensé de bons plans collaboratifs pour organiser son voyage de A à Z le plus économiquement possible :

 

1. On organise son déplacement

Qu’on parte en France ou à l’étranger, il est essentiel de regarder les bons plans pour se déplacer rapidement et au meilleur prix.

Premièrement, si vous êtes adeptes du principe « le temps c’est de l’argent », ne cherchez plus et réservez vos vacances via SIMPKI. Cette start-up vous trouve les meilleures opportunités Hébergement + Transport issues de l’offre collaborative, à partir de votre budget et dans un temps record.

Si non, les start-up suivantes vous propose divers moyens de déplacement :

  • voyagerpascher_1Blablacar et son célèbre service de covoiturage
  • Drivy  ou bien Deways: ces start-up proposent de la location de voiture entre particuliers. Un moyen de louer une voiture moins chère.
  • Cojetage : propose de rentabiliser les vols de jets privés vides, en vendant les places à de prix très abordables (à partir de 150€, vous pourrez vous sentir telle une star !).
  • Option-Way : permet de payer son billet d’avion au meilleur prix en profitant des fluctuations de tarifs. (réduction pouvant atteindre jusqu’à 30%)

 

2. On se loge

Airbnb est certes un des pionniers sur ce secteur, de nombreuses solutions de logements entre particuliers plus originales ont vu le jour et moins couteuses.

  • voyagerpascher_2Helpx / Hostelp : ces start-up offre la possibilité de se voir offrir le gîte et le couvert en échange de coup de main dans un ferme, une auberge de jeunesse,… Les rencontres et le partage sans lien financier sont les valeurs mises en avant.
  • Couchsurfing: Logez gratis ou pas cher chez l’habitant. Les petits séjours sont privilégiés.
  • Gamping: Exit le camping, cette plateforme vous permet de louer le jardin, le terrain d’un particulier afin d’y planter votre tente.
  • Guest to Guest : Echangez votre maison ou votre appartement pour les vacances et le tout gratuitement.
  • GoCambio: Apprenez le français à un brésilien, à un irlandais, etc et logez gratuitement chez eux.

Et sachez que si vous êtes adeptes du surf, du vélo, des logements vous sont spécialement dédies :

  • Warm showers : propose du couchsurfing entre cyclistes, à travers le monde. Idéal pour voyager pas cher et rencontrer d’autres passionnés.
  • Swap And Surf : service dédié aux surfeursfacilitant l’échange et/ou la location d’hébergements partout autour du globe.

 

3. On mange

voyagerpascher_3

 

 

  • Voulez-vous diner : réseau de social dining, qui propose l’organisation et la réservation de dîners chez un local, autour du monde. Une vraie expérience culinaire sociale et locale, et peut s’avérer moins couteuses que les restaurants.

Les sites VizEat et Cookening sont dans le même esprit.

 

 

 

4. On visite et on se divertit

Maintenant, c’est le moment de se distraire, de vivre des expériences uniques et enrichissantes mais avec toujours le même objectif : Économie !

  • voyagerpascher_4Guide Like You : Visitez des villes de façon authentique avec des guides locaux. Rien de mieux pour découvrir les faces cachées de certaines destinations !
  • Splinlister : Louer un vélo, une planche de surf, etc à un particulier.
  • Boaterfly: Evitez les prix élevés des entreprises nautiques et partez naviguer en mer en louant un bateau à un particulier

 

Les start-up Samboat et Click & Boat naviguent sur le même service.

  • TripnCo ou le co-voiturage des activités ! La start-up met en lien les gens qui partagent les mêmes envies d’activités pour réduire les coûts (que ce soit pour une activité sportive, pour un restaurant, pour faire la fête,…).

 

5. On économise encore et encore

Car il n’y a pas de petites économies, voici 3 start-up qui nous font faire des économies en dehors du transport, du logement et des activités.

  • voyagerpascher_5Weeleo: échangez vos devises gratuitement entre particuliers et ainsi affranchissez-vous des frais des bureaux de change.
  • Worldcraze : Gagnez de l’argent grâce à vos voyages! Cette plateforme met en relation des voyageurs avec des acheteurs qui souhaitent acheter des produits qui ne se trouvent pas dans leur pays.
  • Kwaala : Louez votre matériel de voyage auprès de particuliers. Que vous ayez besoin d’une tente, d’un sac à dos, ou même d’un guide de voyage : vous trouverez tout sur leur site internet et à prix réduits !

 

Bon voyage !
ELISE => TWITTER
Top 10

5 bonnes raisons de tester la semaine sainte

Semaine_sainte

Depuis ma naissance, je vais tous les ans en Espagne. J’ai visité beaucoup de régions, assisté à des mariages, participé à des fêtes populaires. Mais, il me manquait « la semaine sainte ». Tout le monde me disait que je ne comprendrais pas vraiment ce qu’étaient les traditions espagnoles si je n’assistais pas aux célébrations qui avaient lieu pendant cette semaine… Chose faite, et j’ai adoré !

Même si vous n’êtes pas croyant, que vous n’avez pas d’affinités particulières avec le petit Jésus, la vierge Marie, les processions religieuses et les costumes qui ressemblent à s’y méprendre à ceux du Ku Klux Klan, vous allez vivre un moment inoubliable.

C’est parti !

1. MÉLANGER SOLEIL ET TRADITION

La Semaine Sainte est la semaine précédant Pâques.

Elle commence le dimanche des Rameaux (en général, fin mars/début avril) et se finit le Dimanche de résurrection (la veille du lundi de Pâques). Sachez que le lundi de Pâques n’est pas férié en Espagne, sauf pour quelques communautés autonomes.

C’est la période idéale pour profiter du beau temps et découvrir une fête traditionnelle espagnole.

 

 2. DÉCOUVRIR LES FÊTES ESPAGNOLES AUTREMENT

Que connaît-on des fêtes espagnoles ? Le premier mot qui vient à l’esprit est celui de « Feria ». Il y en a une par an, dans chaque ville. Certaines célèbrent aussi le carnaval. La Semaine Sainte vous permettra de découvrir un autre type de fête alliant culture, histoire, tradition et fiesta.

 

3. OBSERVER LES PARTICULARITÉS RÉGIONALES DE L’ESPAGNE

Elle se célèbre dans toutes les villes d’Espagne, du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest.

Il existe cependant des petites particularités. Dans le Nord, les processions sont assez austères, sérieuses et très respectueuses des rites.

En revanche, dans le Sud, et surtout à Malaga, elles sont plus festives, et les spectateurs n’hésitent pas, par exemple, à interpeler les cortèges.

Les rues se parent de décorations spécifiques.

Dans tous les cas, tenue correcte recommandée.

 

4. PARTAGER UNE FERVEUR NATIONALE

La Semaine Sainte est destinée à commémorer la Passion du Christ.

Lors de la Semaine Sainte, des processions célèbrent, tous les jours, la dernière semaine de Jésus, de son arrivée à Jérusalem à son dernier dîner et enfin, à sa résurrection et cela, de façon chronologique.

photo_itineraire_semainesainte_4

En effet, chaque jour il y a plusieurs processions menées par des « cofrades », des personnes qui appartiennent aux confréries religieuses.

Chaque procession est composée d’un cortège de deux chars, l’un représentant une scène de l’histoire de Jésus et l’autre la vierge Marie. Elles partent toutes de leur église de rattachement.

photo_itineraire_semainesainte_1

Tout d’abord, vous entendez les tambours et trompettes qui annoncent la sortie du cortège, puis après l’ouverture des portes, l’emblème apparaît, porté en haut d’un mat. Par la suite, il y a des marcheurs avec de grands, très grands cierges et enfin, les chars. Ce cérémonial est le même pour celui du Christ et celui de la Vierge.

Le cortège suit un parcours prédéterminé. Il est assez lent, alors attendez-le en buvant une
photo_itineraire_semainesainte_2petite bière (si vous êtes à Malaga, je ne sais pas si c’est très bien vu dans les autres villes…).

Cette marche vous permettra surtout d’admirer les somptueuses décorations des chars et les ornements des statues (tissus, capes, bijoux, perles….). Vous serez surpris par la force des porteurs. Ajoutez à ce spectacle, le son des cors et des tambours qui accompagnent le pas des pèlerins.

Sensation, impression et émotion garanties !

 

 

5. VIVRE AU RYTHME DES PROCESSIONS : LES TOPS DE MALAGA

Je ne peux vous conseiller que les processions de Malaga. Cette escapade dans la ville de Picasso vous permettra d’allier culture, soleil et plage.

Sachez qu’à Malaga, il y a entre 6 et 7 processions par jour. Alors, évidemment, on ne peut pas toutes les faire.

Avant d’attaquer cette semaine marathon, n’oubliez pas de vous rendre à l’office du Tourisme pour récupérer un petit guide qui vous donnera les horaires et lieus exacts des sorties, passages et arrivées des processions.

Il y a des processions à ne manquer sous aucun prétexte, avec des moments à ne pas rater.

– Le dimanche des Rameaux, vous verrez surement Antonio Banderas porter l’un des trônes.

– Le lundi est une grosse journée : vers 16h, il y a la procession de los Gitanos, puis à 18h30, celle des Estudiantes. Il faut voir la sortie des chars de ces deux processions.photo_itineraire_semainesainte_3

 

Pour clore cette journée, il faudra attendre vers 21h, sur le pont Aurora, pour voir apparaitre, « el Cautivo », l’une des processions phares de Malaga.
photo_itineraire_semainesainte_5– Le Mardi, il y a el Rocio, « la novia de Malaga », la fiancée de Malaga.

– Le Mercredi est aussi une grosse journée. Assistez à la sortie de « Fusinadas », rendez vous ensuite sur les marches au croisement de la calle Carreteria et pasaje de Santa Isabel pour admirer le lâché de colombes de la « Virgen de la Paloma ». Puis, achevez cette journée en attendant que les trônes du « Rico » retournent dans leur paroisse. Vous observerez le jeu de duettiste du Christ et de la Vierge, qui montre la force et l’habilité des porteurs de ces trônes.

– Je vous avoue que je ne suis pas sortie le Jeudi mais les processions à ne pas rater sont : « Cena », « Mena » et « Esperanza ».

– Le vendredi saint est la dernière grande étape. La procession Dolores de San Juan est très intéressante à voir car elle rentre dans la grande cathédrale de Malaga (en générale vers 21h). Puis, il y a celles « Descendimento » et « Montecalvario » ou encore celle du « Sepulcro ».

Mais, celle à ne manquer sous aucun prétexte, celle pour laquelle il faut être là, devant l’église, au moins 30/45 minutes avant, est celle de « Servitas ».

Vous allez vivre un moment extraordinaire. Je pense que s’il n’y a qu’une procession à faire pendant cette semaine, c’est celle-ci, la plus impressionnante.

photo_itineraire_semainesainte_6

En effet, en attendant la sortie de la Vierge, vous êtes sur une petite place. Lorsque la vierge (il n’y a qu’un seul trône, celui de la vierge) s’apprête à sortir, les lumières de la place s’éteignent. Là où la procession passe, les lumières s’éteignent et ce, tout au long du trajet.

Puis, des femmes, sur le balcon situé en face de l’église, coiffées d’une « peineta » (du peigne andalou) chantent en l’honneur de la Vierge.

Ensuite, commence la procession, dans un silence impressionnant (attention aux remarques si vous ne le respectez pas), personne ne parle, ne rigole, ne sourit, et peu à peu, on entend les pénitents vêtus de noir, illuminés par la seule lueur de leur cierge, sortir de l’église, en train de prier. Leurs prières sont immédiatement reprises par la foule….

Je me répète mais c »est très, très impressionnant !

Top 10

5 bonnes raisons de visiter Tenerife

tenerife

Quand on parle de Tenerife (l’une des îles des Canaries), on pense spontanément aux clubs de vacances, aux touristes russes, allemands et anglais. Bon, c’est un peu ça, mais pas que ! Si le sud de l’île est très touristique, sachez que le nord l’est un peu moins.

Cette île recèle de paysages incroyables, d’une culture immanquable et d’une gastronomie étonnante.

Les tops de Tenerife :

1. LE SOLEIL

Quelle que soit l’époque à laquelle vous y allez, vous avez une très, très forte probabilité pour qu’il fasse beau et doux. Le soleil sera au rendez-vous.

Déconnexion et bien-être garanti.

 

2. GASTRONOMIE

CÔTÉ ALIMENTAIRE

1. Ma grande découverte a été l’almogrote

Il s’agit d’une sorte de pâte de fromage (assez forte) composée de chèvre, d’huile de tournesol, de pain, de sel, poivre et de quelques épices. Sur un toast chaud, c’est un régal.

2. Les mojos rouge ou vert

Il s’agit d’un condiment.

Il est à base de coriandre, de poivrons verts ou de persil pour le mojo vert, et d’un poivron particulier (poivron de palmeraie) et de piment pour le mojo rouge.

3. Vous trouverez également des confitures des toutes sortes, ananas, kiwi, goyave…

CÔTÉ BOISSON

1. Le rhum miel (ron miel) est la boisson des Canaries. C’est un rhum de mélasse auquel on a ajouté un peu de miel.

Bien frais, c’est hyper bon !

2. La bière locale, la dorada, est blonde et légère.

3. Les vins

Tenerife produit de bons vins, rouges et blancs, qui gagnent à être découverts.

 

3. LES PAYSAGES

photo_tenerife_10

1. Allez dans le parc du Teide – c’est une visite IMMANQUABLE
photo_tenerife_11Le Teide est un volcan au centre de l’ile dont le sommet se situe à plus de 3.700 mètres. Tout autour se trouve un parc dans lequel vous pourrez admirer une faune et une flore toute particulière, presque lunaire.

Sachez que des randonnées sont organisées par les services du Parc. Vous pourrez également, en fonction de la saison et des conditions climatiques, accéder au sommet du volcan grâce au Téléphérique. Le ticket est un peu cher, je vous l’accorde.

Lorsque j’y suis allée, en février, il y avait trop de neige et l’accès au sommet était interdit.

Même si vous ne pouvez pas accéder au sommet, allez-y, vous vous baladerez dans ce magnifique parc, un souvenir mémorable ! Pensez à bien vous couvrir (manteau/écharpe) et à mettre des chaussures confortables (de bonnes baskets), on est sur un volcan, en altitude.

2. Los Gigantes “ Los Acantilados de Isorana”photo_tenerife_1

Il n’y a pas grand-chose à voir, à l’exception de cette vue magnifique, mais c’est l’une des curiosités de l’île.

3. El Medano

Au sud de l’ile, il s’agit d’une plage de sable fin à perte de vue qui se finit par une étrange et imposante montagne rouge. C’est le rendez-vous des kitesurfers…

 

 

4. LES VILLES ET VILLAGES PITTORESQUES

1. Santa Cruz, la capitale

Santa Cruz est une ville agréable avec sa promenade maritime et son grand port de plaisance, son marché dans lequel vous trouverez les produits les plus traditionnels de l’île et ses rues remplies de boutiques.

Ne manquez pas son auditorium, d’une architecture étonnante !

photo_tenerife_2

2. San Cristobal de la Laguna

Ville classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, elle regorge d’églises et de maisons à l’architecture traditionnelle.

L’église Nuestra Señora de la Concepción est très belle et, du haut de la tour qui l’avoisine, vous aurez une vue imprenable sur la ville et les montagnes des alentours.

photo_tenerife_3

3. Candelaria

Très joli village balnéaire. La promenade y est très agréable. Promenez-vous jusqu’à la place principale sur laquelle vous verrez les statues des guanches (nom donné aux premiers habitants de l’île) et la Basilique de la Virgen de Candelaria. Puis, faite un petit tour du village.

Il existe différents circuits de promenade et de randonnée indiqués sur des panneaux en face de la Basilique.

Personnellement, j’ai fait celui qui longe la mer. Très beau !

Vous pouvez en profiter pour prendre un verre dans un bar à vins situé à 2 pas de la basilique : Maresia y Volcan (41 calle Obispo Pérez Cáceres) qui propose des vins locaux et d’excellentes tapas.

photo_tenerife_4

4. Icod de los Vinos

Cette petite ville est surtout connue pour son dragonnier, arbre millénaire symbole de la ville. Profitez-en pour faire une petite promenade, c’est très plaisant.

photo_tenerife_5

5. Puerto de la Cruz

Ville sans grand intérêt avec une promenade maritime assez agréable.

6. Orotava et sa vallée

La ville d’Orotava vous permettra de faire une petite balade de quelques heures. Il s’agit d’une petite ville avec ses rues pavées, ses églises, et ses demeures typiques, notamment la Casa de los Balcones, maison qui a gardé l’architecture traditionnelle de l’île.

Vous pourrez également profiter des nombreux espaces verts qu’offre cette ville : comme le jardin botanique, La Hijuela del Botánico ou le Jardín Victoria.

Proche de la ville d’Orotava, allez vous balader dans la vallée d’Orotava qui s’étend du Teide à la mer et les plages de El Bollullo, La Fajana et La Grimona.

 

5. LE CARANVAL

Alors là, j’ai adooooré!! A FAIRE ABSOLUMENT!

Tout le monde connaît le carnaval de Rio et celui de Venise mais celui de Santa Cruz de Tenerife est incroyable.

Le concept est assez simple, des festivités pour toute la famille, les jeunes et les moins jeunes sont organisées pendant 1 mois, mais seulement 10 jours marquent vraiment l’effervescence du carnaval, et tout le monde se déguise à n’importe quelle heure de la journée !

Il existe des parades et des défilés à ne pas manquer, les plus emblématiques :

1. La Cabalgata anunciadora, défilés des écoles de danse de l’île et des trônes des reines du Carnaval. Elle commence le soir, vers 20/21h.

2. El Entierro de la sardina, défilé de deuil, littéralement, on enterre la sardine. Il a lieu le mercredi de Cendres. Je ne sais pas trop comment vous décrire ce défilé.

photo_tenerife_6

Il commence comme une procession mortuaire, avec des couronnes mortuaires et un corbillard spécialement customisé pour l’occasion (avec des canettes de bière), dans laquelle les hommes se déguisent en femmes, les hommes et les femmes vêtues de noir pleurent la possibilité de manger des aliments riches en calories avant le carême, les images religieuses sont tournées en dérision. Une amie qui habite là-bas m’a raconté que, dans l’école privée catholique dans laquelle elle a étudié, il était formellement interdit de parler de ce défilé et de s’y rendre… et bien, j’ai compris pourquoi ! Il faut le vivre !

Ce défilé est suivi d’un feu au cours duquel les reliques de sardines sont brulées puis d’une fête !

3. Le défilé Ni fu / Ni fa, avec son mémorable et très populaire Coso.

Le Coso est le défilé le plus populaire du Carnaval grâce auquel vous verrez de nombreux groupes de danse, de musiciens, des chars.
photo_tenerife_7 photo_tenerife_8

4. El Carnaval de Dia

Grande fête de jour avec des orchestres

5. Mise à part ces défilés, profitez de l’ambiance nocturne du Carnaval.

Et oui, sachez que tous les soirs, les principales rues et places de Santa Cruz sont fermées à la circulation, et deviennent des boites en plein air ! Les bars sont ouverts, des camions émettent de la musique en pleine rue et les places deviennent des dancefloors.

Les règles d’or pour profiter sont :

🙂 Venir déguisé, vraiment ! Ne faites pas vos timides. Tout le monde est déguisé, vous passerez plus inaperçu en vous déguisant qu’en étant habillé normalement ! Je suis sortie 2 soirs et je n’ai vu personne, vraiment personne qui n’était pas déguisé.

Se laisser-aller.

photo_tenerife_9

Liens_U

Tourisme des Canaries

Le Carnaval de Tenerife

Conseils

10 choses à faire avant de partir

checklist

Un voyage qu’il soit long ou court s’organise alors voici les 10 choses à ne pas oublier :

1. ORGANISER SON VOYAGE

Il est important afin de ne pas être pris au dépourvu et de bénéficier de prix avantageux d’acheter son BILLET D’AVION en avance, minimum 3 mois avant, en fonction des destinations.

Prévoyez également vos transports sur place. Renseignez-vous pour savoir si le lieu de votre visite nécessite ou non de louer une voiture afin de le faire le plus tôt possible.

Vérifier également s’il existe des « pass » pour voyager, en général, en train. Dans presque tous les cas, ils doivent être achetés dans le pays d’origine. Par exemple, le « Rail pass japonais » ne peut être acheté qu’à l’étranger. Vous ne pouvez pas l’acheter au Japon.

Il n’y a rien de plus désagréable que de se retrouver dans un lieu inconnu sans logement. Ainsi, je vous conseille de réserver une chambre, au moins les premiers jours si ce n’est tous les jours.

Prévoyez d’apporter avec vous un guide touristique. Il est essentiel de connaitre un peu la culture du pays que vous visitez et l’histoire des lieux et monuments. Cela vous permettra de comprendre beaucoup de chose durant votre voyage.

2. PASSEPORT / PIÈCE D’IDENTITÉ

Selon votre destination, assurez-vous de la validité de votre passeport ou de votre pièce d’identité.

J’ai une amie qui avait réservé un séjour au Maroc et qui, la veille du départ, s’est aperçue que la validité de son passeport et de sa carte d’identité avaient expiré. A l’aéroport, ils ne l’ont pas laissée s’enregistrer et elle a dû annuler ses vacances!

3. VISA

Beaucoup de pays demandent encore un visa pour pouvoir entrer sur le territoire. Certains pays, comme la Russie, demandent même une attestation de la part de l’hôtel dans lequel vous allez séjourner, ou de la personne qui vous hébergera.

Lorsqu’on fait un long courrier, il est parfois tentant, au moment de l’escale, de sortir visiter le pays dans lequel on est en transit. Sachez que, dès qu’on sort de la zone internationale de l’aéroport, le visa peut être nécessaire.

4. VACCIN

Vérifiez que votre destination n’impose pas de vaccination obligatoire.

En dehors du vaccin, vérifiez s’il n’y a pas d’insectes ou d’animaux nuisibles. Par exemple, au Japon, en été, les moustiques sont très féroces, prévoyez un spray anti-moustiques adapté.

5. MONNAIE DU PAYS

Renseignez-vous sur la devise du pays afin de prévoir du change avant votre le départ. En général, les grands magasins offrent un bon taux de change. Sinon, vous aurez toujours les bureaux de changes des aéroports.

Certains pays n’ont pas le retrait CB développé (Brésil, Japon), prévoyez donc d’avoir des espèces sur vous, cachez les dans des enveloppes réparties sur vous.

6. PHOTOCOPIER SES PAPIERS D’IDENTITÉ

Pour éviter tout problème de santé, vol de papiers ou autres, il est très important d’avoir le double papier ou numérique de tous vos documents : passeport, carte de crédit, billets d’avion, permis de conduire, vaccins…

7. LES NUMÉROS IMPORTANTS

Ayez sur vous (dans votre porte-monnaie ou dans votre guide) la liste des numéros d’urgence :

Consulat, votre banque pour une opposition de votre CB si besoin, assurance, compagnie aérienne.

Ayez également sur cette liste l’adresse de l’ambassade de France et des Hôpitaux de l’institut Pasteur.

8. ASSURANCE VOYAGE

Avoir une assurance voyage est très important.

Si vous voyagez beaucoup dans l’UE, pensez à faire une carte de sécurité sociale européenne, c’est gratuit et très pratique.

9. PREPARER VOTRE SAC / VALISE

Avant tout vérifier la météo pour orienter vos choix.

Pour les courtes destinations dans des endroits stables privilégiez la valise.

Pour les voyages en mode road trip, privilégiez le sac à dos en évitant les sacs trop lourds qui vous empêcheront de bien profiter de votre voyage.

10. RESTER EN CONTACT

Créer un compte skype ou whatsapp et téléchargez-les sur votre mobile afin de rester en contact avec vos proches.